Archive

Archives pour 12/2011

2012 : le début de la fin?

31/12/2011 2 commentaires

Quoi de plus logique pour commencer cette nouvelle année que de reparler du film « 2012″ et du mouvement « findumondiste » qui l’accompagne?

Hollywood a toujours eu le chic pour produire des films « catastrophe » souvent catastrophiques. La recette est facile, prenez un évènement naturel (séisme, incendie…), multipliez les effets par 100, ajoutez un zest d’information scientifique genre « attention, c’est du sérieux, ça peut arriver les gars », secouez le tout et il en sort souvent du n’importe quoi. Classiquement, tous ces films se ressemblent : on découvre des personnages américains au mieux attachants, au pire très énervants, dans leur leur train-train quotidien. Un héros principal se démarque très vite : il est facile à reconnaitre, c’est toujours celui qui a des problèmes personnels. Arrive le climax : l’évènement catastrophique, souvent très spectaculaire pour justifier le prix du billet d’entrée. Et enfin, la résolution composée de moments d’héroïsme : le sacrifice héroïque, le sauvetage héroïque, la mort bête mais héroïque quand même… Bien souvent, les problèmes personnels du héros principal sont résolus : retour de l’être aimé, phobie vaincue, numéro de Pizza Rabbit retrouvé.  Notez bien que les chiens s’en sortent toujours vivants.

« 2012″, c’est tout ça en puissance 10. Retour sur ce film…

 

« 2012″, le film

 

Le film a été réalisé en 2009 par Roland Emmerich, qui a commis d’autres œuvres qui piquent les yeux : « Independance Day », « Le jour d’après » (dont on reparlera dans un prochain billet consacré à la climatologie)…

La bande annonce, et on revient. Pendant ce temps, je vais me chercher une glace au chocolat :

Ce film est un concentré de catastrophes naturelles : séismes, volcanisme surpuissant, tsunami, destruction généralisée. Bref, Emmerich s’est fait plaisir.

L’histoire

2012 nous raconte ce qui risque de nous arriver cette année. Autant dire que ce 1er janvier, on se souhaite « bonne année, bonne santé et bonne fin du monde », ça fera toujours rire ceux qui sont encore dans le pâté.

Une prophétie Maya annonce la fin du monde le 21 décembre 2012, date qui correspond à la fin du calendrier Maya. Dans le film d’Emmerich, la fin du monde s’annonce un peu plus tôt quand même. Une série de catastrophes arrive, les héros subissent toutes sortes d’aventures pour atteindre des espèces « d’arches de Noé » modernes dans lesquelles n’ont pu embarquer que quelques élus très friqués, dans le plus grand secret.

Le fond scientifique

Un alignement de planète est à l’origine d’un bouleversement géologique sur notre planète. Le scénariste semble penser que cela est suffisant pour produire un effet de marée gravitationnelle., quoi qu’il en soit le « super-volcan » du parc Yellowstone (aux Etats Unis bien sûr) se réveille et explose, des séismes et des tsunamis accompagnent tout cela et vient la grosse révélation : il s’agit de l’ensemble des lithosphères qui glisse d’un coup de 180° : l’antarctique se trouve ainsi au pôle nord et l’Arctique au pôle sud!

Le vrai du faux

Les super-volcans

Le terme « super-volcan » n’existait pas il y a encore une dizaine d’années. C’est à la base une invention médiatique adoptée par les géologues pour qualifier un type de volcan dont les éruptions seraient une centaine de fois plus puissante que l’éruption du Mont St Helens en 1980. Pour comparaison, l’éruption du Krakatoa en 1883 a émis plus de 12 km cube de produits volcaniques; des données géologiques concernant d’anciennes super-éruptions feraient état de plus de 2000 km cube de produits. Les géologues en suspectent plusieurs dans le monde, même en Europe, proche des Alpes sous l’Italie (éteint depuis 300 millions d’années, pas de panique!).

Le plus connu est le Yellowstone, longtemps considéré comme un site hydrothermal, on a mis en évidence dans les années 60 une caldeira qui est une dépression arrondie d’une centaine de kilomètre de diamètre, résultat de l’effondrement d’un volcan sur sa propre chambre magmatique vidée. L’Université de l’Utah met à disposition des données qui indiquent clairement qu’une chambre magmatique se forme de nouveau à 10 km de profondeur et elle s’annonce gigantesque.

Site de l’observatoire du Yellowstone de l’Université de l’Utah


Agrandir le plan
La dernière éruption date de 600 000 ans et la précédente de 1,3 millions d’années. Une reprise d’activité est envisageable mais pas à court terme et vraisemblablement pas à échelle de temps humaine. On peut encore aller y griller quelques saucisses sans crainte, en somme.

Le mouvement des lithosphères

La surface de la planète est constituée d’une douzaine de plaques lithosphériques qui se forment au niveau des dorsales et disparaissent dans le manteau sous-jacent au niveau des zones de subduction. Les plaques se déplacent les unes par rapport aux autres, à une vitesse de quelques centimètre par an. Concevoir une rotation de 180° de l’ensemble des plaques laisse supposer que la lithosphère repose sur une matière très fluide, liquide. Ce n’est pas du tout le cas. Les lithosphères reposent sur le manteau qui est solide et assez ductile, présentant une viscosité très importante. Difficile d’imaginer un tel évènement, du coup.

Il y a sûrement confusion avec le phénomène, réel celui-là, de l’inversion périodique des pôles magnétiques. Ces inversions sont enregistrées dans les roches contenant de la magnétite. Nous serions en ce moment au début d’une de ces phases d’inversion.

La fin du monde Maya

Si les maya ont prédit quelque-chose, c’est la fin de leur calendrier, comme nous nous prévoyons la fin d’une année au 31 décembre. Pour les Mayas il s’agissait de la fin d’un cycle : voir la méthode de calcul sur le site Science Presse.

En conclusion, beaucoup d’exagérations dans ce film, mais qui peut paraitre convaincant, surtout pour les illuminés qui font la fortune des agents immobiliers de l’Aude, à Bulgarach , lieu réputé comme étant le seul endroit au monde qui survivra au 21 décembre 2012.

Categories: Science hollywoodienne Tags:

Inauguration

28/12/2011 7 commentaires

Démêler le vrai du Faux et le faux du Vrai, tel sera le but de ce blog.

J’ai toujours eu une passion pour la science et pour les arts, notamment le septième et le neuvième. Et rien ne me fait plus rire (ou pleurer) que de voir des films grand public, des documentaires et des bandes dessinées parlant (ou tentant de parler) de science. On peut rester admiratif devant certains films de science-fiction cohérents, inventifs et être complètement dépité devant certaines émissions dites « scientifiques » assénant bêtises sur bêtises.

J’espère pouvoir mener ce blog le plus loin possible, vous faire (re)découvrir de véritables trésors de science cachés dans des fictions et dénoncer des fictions dans la vulgarisation de la science…

… et toujours avec du fuuuuuuuun!